Interview

VII Photography

Recevez votre formation Photoshop

offerte en créant votre compte F/1.4 rien qu'à vous

7 Minutes

Exifs

Nom / Jérôme Courenq
Pseudo / VII Photography
Age / 25 ans
Situation familiale / Une chérie et une petite princesse
Localisation IRL / St Martin de Crau, France

Style de photo / Portrait, Mise en scène
Date de début de photo / Noël 2012 où j’ai reçu mon premier appareil photo
Apprentissage / Autodidacte
Statut / Amateur

Photographe préféré / J’aime énormément de photographes particulièrement dans des styles cinématographique. Parmi eux : Joey Lawrence, Annie Leibovitz, Gregory Crewdson, Eugenio Recuenco.
Chanson préférée / Je n’ai pas de chanson préférée en particulier. Je pense plus à des groupes comme Gojira ou Shinedown.
Film préféré / J’aime aussi beaucoup de choses. Tous les films de Tim Burton mais aussi des films comme Le Seigneur des anneaux , Harry Potter. A vrai dire, mes films préférés sont généralement en rapport avec le directeur de la photographie aux manettes.
Livre préféré / Je ne lis pratiquement jamais mais j’ai toujours un livre qui traine sur la table de chevet en ce moment : Photographing shadow and light par Joey Lawrence
Citation préférée / «Fall down seven time stand up eight»
Région préférée / PACA, le soleil, la montagne, la mer. Que demander de plus ?
Gourmandise préférée / Very parfait saveur caramel. Passage au Mcdo obligé au retour d’un shoot.

Une journée type en 5 mots / Café ! — Changer la couche de bébé — préparation du shoot — shoot — changer la couche de bébé.

Appareil photo / Canon 6d — 50 mm F1,4 — 85mm F1,8 — 28mm F 1,8
Logiciels / Photoshop CC 2014 — Lightroom 2015

VII Photography

Tu es autodidacte, peux-tu donner quelques conseils pour réussir à se former tout seul ?
J’aurais du mal à donner la solution miracle. Pour ma part je ne savais pas trop par quoi commencer alors j’ai un peu tout fait ( paysage, portrait, mode, beauté, light-painting) puis je me suis rapidement équipé de flash cobra pour faire du strobisme. Petit à petit, j’ai découvert ce qui me touchait vraiment et là où je prenais mon pied. Par la suite j’ai rapidement suivi beaucoup de photographes et sites spécialisés comme F1,4 où j’ai énormément zoné :). Puis j’ai passé toutes mes soirées à analyser des photos , des vidéos backstages et des tutos pour comprendre les plans d’éclairages et les choix artistiques de mes photographes préférés.

Tu travailles beaucoup avec ta famille et tes amis, est-ce parce qu’ils connaissent déjà ton univers que tu t’entoures souvent de tes proches ?
Les modèles qui m’intéressaient quand j’ai commencé, étaient inaccessible et ne voulaient pas shooter avec un petit jeune amateur ! Alors je me suis rapidement tourné vers famille et amis. C’était un moyen rassurant et facile pour commencer. Par la suite, j’ai pu réaliser des séances avec des modèles mais j’avoue bizarrement ne pas en tirer toujours les meilleurs résultats. Il est plus facile d’instaurer un climat «émotionnel» pendant les séances avec des personnes que je connais déjà. D’autant plus, pour mes portraits noir et blanc où je cherche de vraies émotions et non des poses type «magazine».

Tu as été bassiste dans un groupe de métal reconnu, comment es-tu venu à la photo, et que t’apporte cette première expérience dans ta pratique de la photographie ?
Effectivement, chaque musicien avait son projet personnel, ce qui a conduit à la fin du groupe. J’ai remonté une formation par la suite avec mon beau père guitariste qui était photographe depuis déjà quelques années. Je suivais son travail et j’aimais beaucoup ça. Je me suis donc fait offrir mon premier reflex au Noël suivant pour essayer à mon tour. Depuis ma basse prend un peu la poussière …

Tu t’inspires beaucoup du cinéma, pourquoi cette référence ?
Cela s’est fait naturellement. J’ai toujours été un grand fan de cinéma et mise part les portraits j’ai toujours eu du mal à concevoir une image sans histoire. J’ai du mal à regarder une image et trouver simplement ça beau ou touchant sans imaginer un avant ou un après. Ce que j’aime c’est pouvoir proposer un instant, comme une pause, dans un film pour pouvoir y imaginer une fin.

Modele : Rebecca Bagnol

Tu travailles principalement en studio et en intérieur, comment as-tu abordé cet aspect technique de la lumière en photo ?
Comme expliqué précédemment, j’ai tout appris de la lumière en suivant mes photographes préférés et en analysant en détail chacun de leurs plans d’éclairages. Je me suis équipé de flash cobra pour essayer chez moi de réaliser les mêmes choses avec les moyens du bord en testant le rendu de chaque modeleurs à distances, intensités et angles différents. Puis j’ai comparé chaque photos sur Lightroom. Le but était de comprendre comment arriver au résultat escompté. Une fois l’approche technique bien dégrossie, je me suis équipé de matériel plus puissant. Je travaille aujourd’hui avec des Flahs Quadra Elinchrom pour l› extérieur et des Rx Elinchrom ou bien encore des Fresnel en intérieur.

Il y a aussi dans tes photos une post-production très maîtrisée, est-ce une partie de la photo qui t’intéresse autant que la prise de vue ou tu en as juste besoin pour rendre l’ambiance finale ?
J’ai toujours beaucoup aimé dessiner, et j’ai rapidement passé énormément de temps à retoucher mes photos. J’y accorde beaucoup d’importance et j’y prend vraiment du plaisir mais ça ne me passionne pas autant que le travail à la prise de vue. Pendant la séance je crée vraiment toute l’ambiance. En retouche, je me contente d’accentuer ou minimiser certaines choses.

Peux-tu nous raconter les différentes étapes que tu as du abordées pour la série avec les joueurs de poker ? (ébauche du projet, lieu, modèles, lumière….)

Pendant une séance de portrait avec un des modèles présents dans ma série, on parlait de réaliser une séance avec plusieurs «biker». On avait déjà le lieu en tête, le moto club d’amis en commun. On a pensait à la classique «partie de Poker». Nous avons donc réuni deux / trois bikers et c’était réglé. Pour la partie préparation, j’ai tendance pour mes mises en scène à réaliser un story-board. Je crayonne sous Photoshop les plans et idées que je souhaite et dessine les plans d’éclairages. Pour la partie lumière, je voulais vraiment un rendu cinéma appuyé. Je me suis donc rendu chez un ami qui travaille dans l’événementiel pour récupérer quelques Fresnel. C’était la première fois que je travaillais avec ce type de matériel et c’était la galère. Une fois sur place j’ai travaillé la lumière sur chaque personnage un par un. Ensuite je me suis focalisé sur le fond et l’ambiance en rajoutant des gélatines et une machine à brouillard afin de tracer légèrement la lumière des Fresnels et créer une atmosphère de bar un peu enfumé.

Les backstages : www. youtube.com

Et pour ta série de portraits en noir et blanc faite en studio, comment travailles-tu avec tes modèles avant et pendant le shooting pour réussir à obtenir de telles expressions ?
Pour mes portraits noir et blanc tout est vraiment diffèrent. Autant pour les mises en scène tout est très préparé autant ici c’est à l’arrache. Le set up lumière est toujours le même (un bol beauté). Ca facilite les choses ! En général, on shoot 3h après l’arrivé du modèle. L’ambiance est plus relâchée, on prend le temps de parler et se marrer autour d’un café. Les premières prises du shoot sont toujours à jeter, je le sais d’avance. Il faut le temps que l’ambiance s’installe. Après, cela dépend de ce que je veux comme émotion (tristesse, angoisse, colère). Je met souvent une musique en rapport avec l’émotion désirée et aborde un sujet, qui je sais, risque de donner des résultats ( il faut savoir être sadique :D ). La séance ne dure jamais très longtemps et les dernières prises sont toujours celles que je choisie.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur la post-production de ces portraits ?
La post production est identique pour tout mes portraits N/B. Je passe d’abord par Lightroom pour mettre mon image en noir et blanc et je travaille de manière à avoir une image brute avec le maximum de détail dans les noirs profonds et dans les clairs. Je travaille ensuite mon noir et blanc sous Photoshop avec du Dodge ‘n’ burn, des calques de courbes et de niveaux. Puis j’applique une texture pour le fond.

Tu as fait deux séances de photos très remarquées avec des modèles féminins où le stylisme et la coiffure sont très étudiés, comment s’est mise en place cette collaboration ?
Pour le séance dans la cave abandonnée je voulais un édito pour le magasine Dark beauty. J’ai donc cherché un coiffeur et je suis tombé sur la perle rare, Christophe Pujol, un coiffeur de ma région que je suivais depuis déjà très longtemps. Son travail est une tuerie ! On a des goûts vraiment similaires, on s’est immédiatement mis d’accord sur le rendu final qu’on voulait et nous avons trouvé une styliste en adéquation. Le second shoot est à l’initiative de ma chérie qui est maquilleuse et m’accompagne sur toutes mes séances. Elle voulait un rendu très pâle, fleuri assez féminin. Nous avons un peu noirci les choses le jour du shoot avec Christophe :)

Modele : Amélie Lala / MUA : Cindy Ruiz / Hair : Christophe Pujol / Jewels : Martine Brun

Cela fait peu de temps que tu fais de la photo et tu as déjà un univers qui t’es propre, quels sont tes futurs projets ?
J’essaie justement maintenant que j’ai trouvé ma voie d’étoffer mon portfolio et de continuer dans ce sens. Je tiens vraiment à développer le côté cinématographique de mon travail.

Penses-tu passer pro par la suite ? (si oui, en proposant quelles styles de prestations)
J’y pense évidement mais je préfère faire exclusivement ce que je veux, ce qu’il me plait, sans contrainte pour le moment et développer mon style. Après ,effectivement, pourquoi pas dans quelques années travailler pour la réalisation d’affiches de films ou sur des campagnes de pub.

Modele : Marine Moreteau / MUA : Cindy Ruiz / Hair : Christophe Pujol / Stylist : Stephanie cappellini / Assistant : Mimi Martin

Une dernière question, pourquoi VII ?
J’ai perdu mon père j’avais 20 ans, il est née le 7 septembre, donc VII. Il ne m’a jamais connue photographe et n’a jamais pu voir mes photos donc c’est comme un hommage.

Merci Jérôme !

Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography
Interview VII Photography

Comments

Votre adresse IP : 54.234.190.237

S'inscrire

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici !

Réinitialisation de mot de passe

Connectez-vous ici !

randomness