Interview

Mila Plum's

Recevez votre formation Photoshop

offerte en créant votre compte F/1.4 rien qu'à vous

8 Minutes

Exifs

Pseudo / Mila Plum’s
Age / 41 ans
Situation familiale / Célibataire, accompagnée de deux ados mutants
Localisation IRL / Metz France

Style de photo / Photo de rue, architecture, graphisme
Date de début de photo / 3 août 2013
Apprentissage / J’ai pris 6 mois de cours dans un club à mes débuts. Mais je suis autodidacte dans l’âme… je puise mes recherches sur la toile. Je me ruine en magazine,livres … et je partage beaucoup mes photos sur des forums pour les soumettre à la critique.
Statut / Amateur

Photographe préféré / Il y en a plusieurs mais si je ne devais en citer qu’un seul : Mr Eric Dufour, pour son travail remarquable notamment en architecture mais aussi pour ses qualités humaines incroyables.
Chanson préférée / La nuit, je mens de Monsieur Alain Bashung
Film préféré / Les sentiers de la perdition Livre préféré / Eh bien je ne trouve pas :) actuellement … la bible Photoshop CS6
Citation préférée / Une maxime sur une façade de ma ville : Passant prends le temps sinon il te prend
Région préférée / Ile de France
Gourmandise préférée / Pas vraiment gourmande mais j’avoue avoir une faiblesse pour les Pyrénéens … chocolat bien sûr

Une journée type en 5 mots / Se perdre- MP3 — converses — musée- rue

Appareil photo / Canon 550 D, 18-55mm et depuis peu 55-250mm et 50/1.8 ( que je n’utilise pas )
Logiciels / Lightroom — Photoshop — nik software

Mila Plum’s

Tu as commencé récemment “sérieusement” la photographie , entre autre avec un 365 jours, qu’est-ce que t’a apporté cet exercice ?
Cet exercice fut difficile à accomplir mais à aucun moment je n’ai ressenti l’envie de tout arrêter. La volonté d’y parvenir fut plus forte que tout. Difficile dans le sens où il faut faire preuve au quotidien de créativité et d’imagination… pour ce faire, j’ai travaillé différents sujets au grès des saisons ( macro au printemps, photos de rue l’été, le givre l’hiver, paysages l’été, pose longue …. ) avec un travail en parallèle sur les bases techniques en photographie. C’est un excellent moyen pour apprendre à connaître son appareil mais surtout soi même. C’est se surpasser, oser et faire des choses qu’on aurait même pas imaginées. Au fil du temps, je suis devenue assez exigeante sur la composition et le cadrage de mes sujets avec une attirance particulière pour les lignes de fuite. Ainsi je suis arrivée à penser ma photo avant de déclencher. Mes images ont pris davantage de sens à ce moment. Auparavant ma signature photographique était reconnaissable à mes photos pas droites … aujourd’hui on m’identifie à mes Noirs et Blancs, c’est une chouette évolution ! Le traitement de mes photos a nettement évolué au fil du temps, avec cette attirance particulière pour le noir et blanc. En réalité, je suis très mal à l’aise avec les couleurs et dès le départ, et comme beaucoup de débutants, j’ai pratiqué la fameuse désaturation partielle … et bien … on va oublier cet épisode ! L’apprentissage du traitement fut pour moi une des étapes marquantes durant ce projet … travailler avec 2 logiciels inconnus … le domptage fut difficile. Le temps et l’urgence de la production m’ont amené à promener mon appareil partout avec moi … depuis je n’ai plus de sac à mains …j’ai un sac photo … mon entourage a eu beaucoup de mal à accepter cette dépendance à mon boîtier … et je ne suis pas guérie. Cela fait 7 mois que mon projet est fini et je reste encore dans ce dynamisme de production quotidienne… pour dire.

Ton sujet de prédilection est la rue et en peu de temps tu as trouvé un style bien à toi et reconnaissable quand on connaît ton travail, comment en es-tu venu au noir au blanc et quel est ton processus de traitement ?
Comme je le citais auparavant, il s’est imposé très rapidement …une évidence même. On me pose très régulièrement cette question … je pense que cette attirance remonte à ma jeunesse … je dessinais au fusain et crayons de papier avec autant de passion que la photo maintenant et j’ambitionnais de faire les Beaux Arts… j’ai raté le concours … j’ai arrêté de dessiner depuis. Lorsque je traite une photo, c’est comme si je la dessinais. Je travaille d’abord sur LR avec un traitement standard des contrastes, clarté, hautes lumières, expo ….. je travaille de moins en moins avec Nik software, je m’en suis lassée et préfère utiliser le filtre radial avec un travail par zone. Ensuite j’effectue quelques retouches sur PS ( corrections des perspectives, tampons, cadrage, filtre passe haut… rien de transcendant ) et voilà.

Tu immortalises des scènes de tous les jours mais tu captes aussi des détails non visibles pour la plupart d’entre nous, quelle est la proportion entre un heureux hasard et un moment attendu ?
Je dirai qu’il s’agit davantage de moments attendus que de heureux hasards. Je suis capable de rester au même endroit pendant des heures, à attendre … je sens que je dois rester … je suis très patiente mais le hasard est là aussi. Mes yeux sont partout, j’ai l’impression d’être un caméléon.

L’ambiance de tes photos est hors du temps et hors des lieux, est-ce volontaire et si c’est le cas quelle en est la raison ?
Oui c’est volontaire. Une photo se vit et j’aime que le lecteur ressente les mêmes émotions que moi à la PDV … j’aime jouer sur l’intemporalité pour que le lecteur perde ses repères de temps et de lieux simplement pour le faire voyager avec moi.

Beaucoup de tes photos sont faites de nuit, pour certaine l’utilisation d’un trépied est je pense nécessaire, comment fais tu dans ces cas là pour passer inaperçu ? Est-ce devenu un jeu de passer inaperçu et as-tu quelques anecdotes à nous raconter ?
Il est vraiment rare que j’utilise mon trépied. C’est encombrant, lourd également et si il faut détaler, c’est compliqué. J’exécute à 90 % mes photos nocturnes à mains levées. C’est donc plus aisé de passer inaperçue. Avec ou sans trépied, je me fais oublier en restant sur place des heures, les gens ne font plus attention à moi. Des anecdotes : je n’en ai pas vraiment … je me suis fais beaucoup d’amis SDF, les seuls qui m’abordent réellement. Ils sont habitués à me rencontrer régulièrement, c’est humainement très riche. Je suis souvent abordée par des hommes avec la phrase fabuleuse » Vous faites de la photo ? » … next.

Tes titres sont toujours très bien choisis et ont un rôle essentiel dans tes photos, te viennent-ils naturellement ?
Absolument, en post-traitement … j’ai le temps de tout étudier dans le moindre détail, la musique m’inspire également … je shoot avec mon MP3 et je «postraite» avec le même titre en général.

Que ce soit par les titres ou les détails que tu photographies, quel message voudrait réussir à faire passer ?
Mon message : SVP les gens … regardez !!! arrêtez de mirer vos pieds en marchant, retournez-vous, levez la tête et émerveillez-vous comme moi d’un petit rien.

Peux-tu nous raconter l’histoire de la photo “Ie présent … c’est maintenant” ?
Ce spot, je l’avais repéré depuis le début de mon aventure photo … et cette image, je l’avais en tête depuis des mois. Je m’y suis rendue de nombreuses fois …dans l’attente de croiser un enfant …jusqu’à ce fameux jour. Il y avait une superbe lumière et j’ai attendu au moins une heure. La prise de vue n’était pas évidente avec mon 18-55mm …la ruelle n’étant pas large. J’étais prête à partir et elle est arrivée avec sa petite robe bleue à carreaux, des souliers qui semblent venir d’une autre époque ( j’utilise ce mot désuet volontairement ), un peu décoiffée et moi je suis restée bouche bée. J’ai déclenché deux fois … la seconde, je la conserve précieusement … elle me regarde avec une expression très bouleversante… peut-être que je la publierai dans plusieurs années … ou pas. Je suis vite rentrée chez et j’ai envoyé un message à un ami en lui disant : je crois que j’ai fait une belle photo !

Tu précises dans les “exifs” que tu as soumis beaucoup de tes photos à la critique, pour ceux qui hésitent encore à le faire, peux-tu nous expliquer en quoi cela t’a aidé ?
Je suis de nature à douter de chacune de mes photos. Parfois il m’arrive d’être objective sur certaines mais cela reste vraiment rare. Aussi, je n’hésite pas à montrer mes photos sur des pages et forums dédiés à la critique. Il y a des spécialistes avec un oeil averti … alors pourquoi s’en priver. J’ai beaucoup appris à tous les niveaux …technique, composition, cadrage, traitement … J’ai également compris comment construire une image et depuis j’attache beaucoup d’importance à la composition et la création d› un chemin de lecture. La photo a des règles… c’est important de les connaître. Les connaître , c’est pouvoir aussi les transgresser avec bon sens et subtilité.
Actuellement, j› ai peu de retours critique …. cela me manque beaucoup … car j’ai tellement à apprendre. Aussi je poste mes photos sur 500 pix et j’analyse celles qui n’ont pas eu d’impact. Je suis en remise en questions constante, pour apprendre, comprendre, avancer et me former doucement à la photographie. Je tiens à préciser que toutes les critiques constructives que j’ai pu recevoir , ont toujours été très cordiales et respectueuses.

Tes yeux ne se contentent pas d’observer la vie d’une rue, tu fais aussi de la photo d’architecture, qu’est-ce que tu aimes dans cet exercice ?
Ce que j’aime avant tout ce sont les prises de vue ! Je me régale à chaque fois et j’avoue que mon corps en souffre ! Je reviens très régulièrement avec des courbatures. La photo d’architecture m’a également permis de me surpasser. Avant, j’étais de nature plutôt réservée et je traînais ce diktat de devoir toujours bien me tenir en société…. aujourd’hui je n’hésite plus à me coucher par terre, à grimper sur des murs, à arrêter la circulation aussi … à entrer dans des lieux interdits ( se retrouver enfermée aussi pour l’anecdote ) … un réel dépassement de soi et une liberté retrouvée.

Même dans tes photos de paysage, les lignes sont très importantes, d’où te viens cet amour du graphisme ?
J’ai un peu de difficultés à répondre à cette question … je ne sais pas vraiment. Il est certain que je suis en recherche constante de lignes pour chacune de mes photos …. même dans mes photos de rues …. Un photographe m’a récemment dit que mes photos étaient trop tirées à 4 épingles … je lui ai répondu que si je ne le faisais pas, il serait peut être le premier à me le faire remarquer ( sourire ! ) … J’attache une importance surtout dans les lignes de fuite … peut être pour m’échapper davantage.

Quelles sont les villes que tu aurais envie d’explorer dans l’avenir ?
Dunkerque ( oui c’est étrange ! mais je veux voir les zones portuaires industrielles ). Je vais aller prochainement à Amsterdam et je projette de me rendre à Berlin. J’ai un rêve photographique … un reportage au cœur des villages de certains pays de l’Est ( Pologne, Bulgarie, Serbie, … un périple qui me mènerait jusqu’en Russie ) … peut être un jour.

Merci Mila !

Actualités

Je viens de vivre ce week-end ma première exposition …. un moment de pure magie …et je recherche un lieu atypique pour faire vivre, un peu plus que 2 jours, ma série présentée. J’ai également une série en préparation toujours dans le thème nocturne.
Enfin un projet d’une série » mode » en collaboration avec des commerçants de ma ville.

Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's
Interview Mila Plum's

S'inscrire

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici !

Réinitialisation de mot de passe

Connectez-vous ici !

randomness